" />
Semex France
Que vous ayez 5000, 500 ou 50 vaches, SEMEX MARCHE PARTOUT !
SEMEX développe et commercialise des produits et services
génétiques canadiens pour permettre aux éleveurs bovins
d'obtenir des vaches rentables et durables.
taureaux Semex
accueil > actualités > brèves
Les brèves Semex

L'Alliance Semex - 08 mars 2010

L’Alliance Semex :
Une Entreprise Mondiale d’Insémination Artificielle.


A l’Alliance Semex, la vision est très claire. « Nous voulons être un leader mondial, et non une entreprise boutique de génétique », dit Paul Larmer, l’homme qui siège au poste de président-directeur de L’Alliance Semex depuis juin 2007. Il y a 13 ans, quatre des principaux centres d’I.A. du Canada : Westgen, le Centre d’insémination artificielle du Québec (CIAQ), Eastern Breeders Inc. (EBI) et Gencor, ont forgé un nouveau partenariat qui allait devenir L’Alliance Semex.


SE REPLACER

La philosophie de « l’élevage équilibré » de L’Alliance Semex a bien mérité sa réputation d’être une source de taureaux qui peuvent engendrer des filles bien typées et méritant d’être présentes partout dans le monde. Vu qu’aujourd’hui l’industrie laitière du bovin se trouve majoritairement dans des troupeaux plutôt larges et commerciaux, est-ce que L’Alliance Semex a changé ou amélioré sa philosophie de « l’élevage équilibré » ou sa direction pour répondre à ce nouvel environnement ?

« La philosophie de ’l’élevage équilibré de Semex est plus pertinente aujourd’hui que jamais », dit Larmer. « Elle est toujours le centre de notre philosophie » . Cependant, ce que L’Alliance fait de différent, c’est qu’elle est en train de «se replacer», surtout parmi les propriétaires des grands troupeaux commerciaux. Semex veut s’assurer que ces producteurs laitiers savent qu’ils ont des taureaux qui peuvent s’adapter à leurs besoins et que « l’élevage équilibré » ne veut pas dire seulement des bonnes vaches bien typées qui peuvent gagner des rosettes aux expositions, mais des vaches avec des productions élevées, qui vivent longtemps et qui sont sans difficulté.

« Notre marque a été tant reconnue en ce qui concerne notre succès dans le marché des généalogies et des expositions », explique Larmer, que parfois une partie des éleveurs pense qu’elle n’a pas besoin de ces grosses vaches. Au lieu de dire j’ai besoin de vaches qui vivent longtemps, qui peuvent être gestantes et qui ont une production à vie élevée, ce qui est exactement ce que veulent aussi ces grosses entreprises. En fait nous n’avons pas changé notre philosophie principale autant que nous avons réalisé que nous avions besoin de nous replacer dans les différents segments du marché et être certain que notre message soit clair. Vous pouvez voir ce changement particulièrement dans notre campagne de marketing de ’Que vous ayez 50, 500 ou 5000 vaches, Semex marche partout’.

Braedale Goldwyn et R-E-W Buckeye ET sont des bons exemples des différentes sortes de taureaux avec de « l’élevage équilibré » que Semex peut offrir. « Goldwyn » a été au Canada un taureau avec un IPV (Indice de profit à vie) élevé. Il est renommé pour ses filles gagnantes avec des indices élevés et devrait être un père à taureaux exceptionnel. « Buckeye » est placé vers le haut de la liste TPI (indice de performance totale) des États-Unis, mais ne produit pas de vaches d’expositions. Cependant, dans très peu de temps Buckeye aura produit un million de doses « et pour les éleveurs qui traient beaucoup vaches, il est le taureau idéal pour les indices élevés », dit Larmer. Et il ajoute: « Ce n’est pas que l’on veuille peindre le scénario parfait, mais nous voulons nous assurer que notre position soit la meilleure dans chaque segment de marché ».

Afin d’améliorer l’intérêt porté aux taureaux, L’Alliance Semex a commencé à établir des « sous-marques », groupant des taureaux sous le nom du produit qui identifie mieux leurs forces principales. Par exemple, « Repromax » est le meilleur groupe de taureaux de Semex pour la fertilité. « Health$mart » identifie les taureaux de Semex qui améliorent les traits de santé, postes pour lesquels les producteurs laitiers portent une grande attention. Les nouveaux produits « Designer Series » identifient les taureaux testés qui transmettront une conformation élevée.

« Un autre grand changement dans nos affaires est que nous portons plus d’attention sur la formation de nos agents de vente, dit Larmer. Le message est très clair. Semex veut être un leader mondial dans cette industrie.
Le "replacement " de Semex commence à se faire remarquer. " Nous avons reçu un nombre de commentaires des producteurs laitiers à travers le monde, et également de nos compétiteurs, que Semex est en train de changer et d’évoluer, remarque Larmer. Oui, il y a un risque du point de vue traditionnel que certains pensent que nous nous éloignons de notre Force. Mais en même temps, quel était le Premier Taureau de Madison et de la Royale ? Nous avons deux fils dans nos étables de Harvue Roy Frosty, la Grande Championne de Madison, et aussitôt qu’ils pourront produire de la semence, nous pourrons satisfaire les commandes. L’un d’eux a des résultats génomiques de plus de + 4,0 pour son PTAT des États-Unis (capacité de transmission prévue pour la conformation) en tant que jeune taureau.

Larmer dit : " Si je regarde l’industrie automobile, Honda produit des voitures de course, mais également des voitures familiales parmi les plus efficaces qu’il y ait sur le marché. Je ne pense pas que ce soit très différent que d’avoir des taureaux qui peuvent engendrer des vaches qui vont se trouver dans les arènes et qui en plus auront la capacité de produire une vache économique, avec une longue carrière et qui a besoin peu de soins. Comme Honda, je pense que Semex a le pouvoir de faire les deux, sans faire aucun sacrifice contre l’un ou l’autre. "

Les centres d’I.A. qui ne s’adaptent pas aux changements dans l’industrie laitière prennent des risques, averti-t-il. " Si nous n’évoluons pas en même temps que l’industrie et si nos formules de l’IPV ou de TPI n’évoluent pas aussi, alors nous serons vite dépassés sur le plan mondial. Nous ne devons pas prendre le risque de nous endormir sur nos lauriers.

PÉRIODE D’ÉCONOMIE DIFFICILE

Actuellement, il y a environ 1886 taureaux qui appartiennent à L’Alliance Semex et qui sont récoltés ou hébergés dans six pays sur trois continents. La majorité de ces taureaux sont hébergés chez les quatre partenaires du Canada qui font partie de L’Alliance Semex, mais il y a aussi environ 70 à 75 taureaux qui sont hébergés dans les installations de Semex en Hongrie et un autre 70 en Australie. Au début de 2009, les trois meilleurs taureaux vendus par Semex au Royaume Uni étaient Ladino Park Talent-Imp-ET, Magor Bolivia Allen et Buckeye. Talent (malheureusement mort le 23 janvier dernier) était hébergé en Australie et a été testé en Australie et au Canada. Bolivia se trouve en Hongrie et a été testé en Hongrie et aux États-Unis, et Buckeye est hébergé au Canada et fut testé aux États-Unis. Je pense que c’est une bonne représentation de Semex en tant qu’entreprise mondiale, dit Larmer fièrement.

La raison principale pour héberger les taureaux sur différents continents est la " biosécurité ". En effet, si un jour Semex avait à faire face à un problème sanitaire majeur dans un pays il aurait quand même une réserve de semence ailleurs.
En 2009, L’Alliance Semex a récolté environ 265 taureaux Holstein au Canada, et 75 dans leur programme aux États Unis
En 2008, Semex a vendu plus de doses de semence que jamais et plus que n’importe quelle autre entreprise. Semex avait connu une forte croissance cette année-là, en particulier sur les marchés non traditionnels comme la Turquie, la Russie et l’Arabie Saoudite. Cependant, depuis la fin de 2008, l’économie dans presque tous les pays à travers le monde a diminué et les producteurs laitiers, sauf ceux du Canada, ont un prix du lait au plus bas. Larmer dit que 93 pour cent des pays en affaires avec Semex ont souffert d’une récession officielle. Comme les autres, Semex essaie de survivre en ces temps pénibles en faisant attention aux dépenses tout en restant aussi efficace que possible. " Une des choses que nous ne faisons pas est de paniquer, dit Larmer. Du côté financier, notre entreprise est en très bonne forme. Nous ne sommes pas une entreprise qui est pleine de dettes. " Ces finances saines nous permettent de continuer à investir et de rechercher des opportunités pendant que l’économie se ralentit. Nous devons nous assurer d’être bien placés sur les bons marchés dans les 10 prochaines années. Et pour y être dans dix ans, nous avons besoin de les surveiller aujourd’hui.


Lorsque ces propos ont été recueillis, Semex s’attendait à terminer l’année 2009 avec presque le même nombre de doses de semence vendu qu’en 2008. " En fait, remarque Larmer, nous allons avoir vendu plus de doses aux États Unis en 2009 que jamais. " Mais tandis que Semex a pu garder ses parts du marché, son revenu de ces ventes a diminué. « Ce sont des temps difficiles. Nous sommes la propriété des éleveurs. Nous travaillons pour les éleveurs. Nous ne voulons pas ennuyer ces producteurs laitiers, alors nous sommes devenus partenaires et nous avons dû abaisser nos prix sur certains marchés », dit Larmer. Nulle part ailleurs qu’aux États Unis, qui est le plus grand marché de Semex, la situation laitière n’est si sévère. Tandis que le prix du lait commencent à repartir à la hausse, Larmer pense que la perte financière que les fermiers américains ont dû subir sur leurs fermes continuera à être un défi pour ce marché en 2010.

La concentration principale de Semex durant cette période économique incertaine a été de "conserver ses clients ". C’est une partie de la raison pour laquelle L’Alliance Semex met tant d’importance sur la formation de son personnel de vente. « Notre vision est que Semex doit être un leader dans l’industrie en apportant aux producteurs laitiers des solutions de génétique basées sur la valeur de ces solutions. Il s’agit d’identifier quels sont les objectifs du producteur laitier et quels sont les principaux problèmes et ensuite faire un meilleur travail pour lui vendre le bon produit.

Au cours de l’histoire de n’importe quel centre d’I.A. il y a des hauts et des bas et des moments difficiles. Plusieurs éleveurs pensent que Semex est en train de subir son plus bas niveau en ce moment et Larmer est d’accord jusqu’à un certain point. Aujourd’hui la génétique est plutôt mondiale. Quelques-uns de nos concurrents principaux sont maintenant des fils d’Outside et de Stormatic. C’est vrai que ces deux taureaux ont mieux réussi en tant que pères à taureaux aux États-Unis qu’au Canada grâce aux caractères de santé et de Vie productive. Beaucoup de nos fils de ces deux taureaux ont été testés dans notre programme canadien et non pas aussi bien réussi que quelques-uns des fils de nos concurrents à travers le monde. Nous y ferons attention dans l’avenir, dit-il. En plus, Semex a dernièrement subi sa propre malchance. Nous venons de passer une période où Stormatic, Titanic et Goldwyn sont morts prématurément.

Par ailleurs ce fut une des meilleures années pour notre département d’embryons. En plus insiste, Larmer: " Nous avons maintenant des taureaux comme Mr Burns, Final Cut, Buckeye et Samuelo qui commencent à se confirmer en deuxième génération. Quand je regarde les taureaux en attente, je vois que nous sommes parés d’un grand nombre de fils de Goldwyn et Shottle. Au début de 2010, si tout va bien, nous aurons deux nouveaux millionnaires : Talent et Buckeye. Des taureaux comme Buckeye, Ashlar-ET et Knowledge sont depuis de nombreux mois en flux tendu et toute la production est vendue au fur et à mesure des récoltes.
D’un point de vue stratégique, nous pouvons attaquer le marché avec un produit LPI et maintenant un produit TPI. Même si les ventes ne sont pas faciles aujourd’hui, nous avons des solutions pour tous les types de producteurs laitiers."

LA GÉNOMIQUE

L’Alliance Semex s’implique dans la recherche sur la sélection génomique depuis 2003. L’incorporation de l’information sur la génomique pour les évaluations génomiques officielles est en train de changer fondamentalement l’industrie de la génétique animale.
Comment L’Alliance Semex utilise-t-elle cette information génomique et quelles sont les réflexions de Paul Larmer sur cette nouvelle technologie ?

D’abord, la génomique n’a pas affecté notre philosophie en ce qui concerne le genre de taureaux que nous voulons, mais elle met plus d’importance sur la ’présélection’ du taureau. Auparavant vous auriez regardé un taureau, ensuite sa généalogie, sa moyenne sur ascendance, vous l’auriez accouplé, testé et attendu le résultat. Ce que donne la génomique, c’est une occasion d’ajouter un autre outil à votre panoplie. La génomique est un outil. Ce n’est pas une réponse. C’est un outil pour vous aider à trouver la réponse. Alors aujourd’hui on regarderait beaucoup plus de taureaux, on les ferait tester à la ferme, et ensuite déciderait lesquels choisir à mettre dans notre programme. Pour les producteurs laitiers qui choisissent notre programme d’épreuves de jeunes taureaux, celui-ci nous permettra de réduire le nombre de taureaux à risques parce que nous avons déjà fait la présélection pour obtenir les meilleurs pour le programme. Un autre avantage de la génomique est de nous donner la possibilité de choisir des traits spécifiques avec un plus grand degré de fiabilité.

Avec chaque nouvelle technologie il y a une appréhension, dit Larmer. Je regarde la génomique comme une nouvelle évolution, et non une révolution. Nous la regardons comme étant un outil. Elle ne remplacera pas nos programmes de jeunes taureaux. Semex a toujours été fiers d’avoir une génétique très fiable et pour obtenir cela nous avons toujours besoin de mettre les taureaux dans un programme d’épreuve pour la progéniture."
Mais est-ce que Semex va tester moins de taureaux à cause de la génomique ? " C’est une question qui nous préoccupe de savoir quel est le nombre idéal à mettre à l’épreuve pour obtenir le nombre idéal de taureaux testés pour approvisionner notre marché mondial. Nous n’avons pas encore pris la décision, dit Larmer. Notre sentiment est qu’il est encore trop tôt et que nous ne voulons pas prendre de décision hâtive sur ce sujet. "

À l’arrivée de l’information sur la génomique, quelques centres d’LA.ont acheté des vaches et des génisses pour produire leurs propres taureaux. Est-ce que Semex a l’intention de le faire aussi ? " Nous nous sommes posé la question, répond Larmer, mais la réponse est non, pour la simple raison que nous ne voulons pas être en compétition avec les éleveurs. Nous aimons mieux travailler en partenariat avec eux plutôt que d’être en compétition avec eux. Notre rôle est de maximiser notre programme génétique et le réseau de distribution, ensuite nous pouvons nous associer avec l’éleveur pour que lui aussi maximise ses opportunités et ses occasions de revenu.

UN BON SENTIMENT POUR L’AVENIR

Paul Larmer faisait partie de l’équipe qui avait aidé L’Alliance Semex à s’établir en janvier 1997. Rétrospectivement, est-ce que la création de L’Alliance Semex a été une bonne décision? Peut-être que je suis partial, admet-il, mais je dirais définitivement ’Oui’. Elle nous a permis d’être plus efficace et de nous concentrer davantage sur un marché mondial. Si nous n’avions pas établi L’Alliance Semex il aurait été très difficile pour nous, en tant qu’industrie, de considérer des investissements à l’étranger. En plus, notre programme de génétique est devenu plus efficace. Est-ce que nous aurions été un des leaders de la génomique si nous étions toujours quatre petites compagnies individuelles ?

« Je me souviens qu’à l’époque il y avait beaucoup de gens dans divers pays qui avaient dit qu’ils ne pouvaient pas croire que nous avions fait cela », se souvient Larmer . « Je pense que nous devons féliciter les conseils d’administration des quatre centres d’I.A. qui ont pu l’accomplir. Tout cela nous a aidé à nous placer et à être plus compétitif au niveau mondial ».


Sur les perspectives pour l’avenir de Semex, Larmer nous dit ? « Malgré le fait que nous terminons l’une des années les plus difficiles que nous ayons eue depuis longtemps, je peux vraiment dire que je suis optimiste sur l’avenir de Semex et de ce que nous avons en terme de stratégie. Il y a beaucoup de bonnes choses pour nous faire progresser, répond-t-il. Je suis optimiste sur les opportunités d’avoir une approche plus mondiale. Nous nous plaçons en très bonne position pour pouvoir en profiter ces dix prochaines années. Nous avons une très bonne équipe de personnel et un groupe de distributeurs internationaux qui travaille très fort. Nous avons l’appui de notre Conseil d’Administration. Nous avons une équipe qui est fière de travailler pour l’industrie canadienne et pour l’éleveur canadien. Oui, je suis très positif pour notre avenir. Je le suis vraiment ».



INFO LEGALES | PLAN DU SITE | LIENS | CONTACTS | Le site peut nécessiter l'utilisation d'ADOBE ACROBAT READER : TELECHARGER LE PLUG IN
© SEMEX FRANCE | design : BLEUPIMENT | développement web developpeur web Lyon : LEONLACOM